Les enseignements vont bon train avec Swamiji et demain, nous allons entrer dans une nouvelle phase qui devrait durer environ dix jours. Mais avant cela, les évènements notables de ces derniers jours ont été la visite d'un ami de 40 ans de Swamiji. Ils ont fait leurs études ensemble et ont toujours gardé contact. Il a un ashram en Andrah Pradesh et enseigne le Vedanta. Évidemment, quand deux enseignants et amis se rencontrent, ils se remémorent les anecdotes du passé. La venue de cet ami nous a permit de rompre avec la routine et de partir faire une petite expédition d'une journée à Murudeshwar. Visite du gopuram et du temple, suivit d'un excellent repas dans un restaurant de standing. Cela nous a permit de nous changer de la cuisine habituelle de l'hôtel et des autres restaurants du village qui est toujours la même.

Ici, se nourrir est un véritable problème. Le cuisinier de l'hôtel, par manque d'expérience, ne sait faire que trois plats qu'il prépare invariablement toujours de la même manière et dans le même ordre le matin, le midi et le soir, si bien que maintenant, quand j'y pense, j'ai non seulement l'image du plat qui m'apparait, mais j'ai aussi le goût qui vient avec. Et ce qu'il prépare est sensiblement la même chose que l'on trouve dans les autres restaurants et bouis-bouis du village. Donc, je tourne d'un restau à l'autre, au moins, si le plat ne change pas, le décor, lui, est différent. Et puis, on se fait aussi régulièrement notre propre cuisine dans sa chambre. Parfois, c'est swamiji qui cuisine, parfois, c'est moi. C'est de la cuisine de camping et de célibataire, en un mot, de la cuisine de sadhu. On s'en sort pas trop mal, je crois. Et puis, il y a les fruits, les sucreries et autres chocolats qui agrémentent les fin de repas. Donc, cette petite expédition à Murudeshwar a aussi été l'occasion d'acheter des produits et denrées que l'on ne trouve pas au village.

Dimanche, nous sommes allés déjeuner dans une famille dont nous avions fait la connaissance la semaine précédente au cours de notre promenade quotidienne. C'était très sympa et nous avons aussi très bien mangé. Le chef de famille est un ancien dévot de Saï Baba de Puthaparti, un gars très sympa installé au village depuis dix ans et marié depuis cette époque a une veuve qui avait une fille qui fêtait ses onze ans et avec qui il a eu une autre petite fille de huit ans (avec la veuve, pas sa fille).

Swamiji a aussi eu dans la semaine la visite de celui qui lui causait le plus de soucis et a réglé, définitivement semble t-il, ses problèmes. Il est depuis, beaucoup plus détendu.

A partir de demain et pour dix jours, nous allons entrer dans une période de méditation intense avec cinq à six heures de pratique par jours, en plus des cours. La communication sera réduite au stricte nécessaire et la seule distraction sera l'euro 2012 que Swamiji suit avec grand intérêt. Je ne devrais donc donner des nouvelles qu'à la fin de cette période. Je pourrais néanmoins consulter mes mails sur son téléphone sans pouvoir y répondre sauf urgence absolue. J'ai en effet résolu mon problème d'email : je vais à la boutique internet avec mon ordi, ça marche vraiment beaucoup mieux que cette vieille rougne dont ils se servent.