Bon, je suis dans l'enfer New Delhi (40 deg) depuis ce matin huit heures.

Le voyage depuis Chennai et les 34 heures nécessaires pour rejoindre Delhi s'est bien passe mais m'a lamine. Même si j'etais en première classe, le voyage n'est quand même pas de tout repos. Voyager en train, c'est un peu comme voyager en bateau, ça bouge tout le temps et les nuits sont interrompues par les voyageurs qui montent et qui descendent, les arrêts brutaux et j'en passe.

Je pensais en voyageant en première que je serai dans un wagon façon Orient Express, avec de la moquette de partout et des serviteurs qui exécuteraient le moindre de mes désirs avant même que j'y pense. J'ai été déçu. Ça ressemblait plus a un wagon Corail a compartiment, sauf qu'au lieu d'etre huit, nous étions quatre, que c'etait rudement bien climatise et les draps et couverture pour la nuit ainsi que la serviette de toilette etait fournis.

Le voyage a ete paisible. Et comme mes compagnons de voyage étaient plutôt hautains (deux avocats pour commencer), ce n'est pas les bavardages qui m'ont dérangés. J'ai donc pu regarder le paysage, essentiellement agricole de l'Inde. J'ai encore une fois ete saisi du contraste qu'il peut y avoir entre ceux qui se déplacent en charrette a roues de bois et a traction bovine (un peu comme dans Asterix) et ceux qui, a Delhi ou a Chennai, roulent en Porsche Cayenne.

En me réveillant ce matin, j'ai bien compris que ce n'était pas une bonne idée d'enchainer avec 7 - 8 heures de bus pour rejoindre Rishikesh, d'autant que je ne comprends pas comment, mais je voyage maintenant avec deux sacs bien pleins. J'ai donc choisi de m'installer dans un hôtel très confortable, de prendre une bonne douche et de me reposer tranquille au calme. J'en ai aussi profite pour retourner a la gare, au comptoir pour étrangers et me prendre des billets de trains pour demain matin et la semaine prochaine pour le retour. J'evite ainsi de pénibles voyages en bus même si j'aime ça.

Pour ceux qui auraient l'intention de se rendre dans le quartier de Pahar Ganj et d'aller déjeuner au Nirvana Café, comme je l'ai fait ce matin, voila ma revue : endroit branchouille, fréquenté par de jeunes voyageurs a la barbe mal taillée. L'ambiance se situe entre Bob Marley et Bouddha en passant discrètement par Bollywood. Les prix sont proportionnels au nombre de mouches. Les mouches sont nombreuses. La nourriture n'est guère appréciée que par les mouches. C'est peut être pour ça qu'elles sont si nombreuses (outre la justification des prix).

Je reprends le train demain matin a 6h50.