Ces deux trois derniers jours ont été intéressants. D'abord parce que j'ai rencontré des gens vraiment très sympathiques comme ce couple d'Australiens ou encore ces deux jeunes femmes, l'une Australienne et l'autre Finnoise, qui suivent une formation de professeur de yoga à l'ashram. Il y a aussi mon élève qui ne l'est plus vraiment, elle aussi Finnoise, mais avec qui j'ai de bonnes discussions. Elle m'a confirmé ce que je disais l'autre jour à propos de la façon dont sont vetues certaines occidentales ainsi que leur comportement. Elle est arrivée en Inde en février pour un stage sur New Delhi. Elle m'a raconté comment elle a failli se faire kidnaper par deux individus en voiture un début de soirée du mois de mai. Elle m'a aussi raconté les mésaventures d'une de ses amies a qui il est arrivé sensiblement la même chose. Sans parler des autres histoires qu'elle a elle même entendue. Une allemande qui était à l'ashram il y a trois jours m'a aussi raconté comment, à son arrivée sur Delhi, elle s'est faite suivre par un type jusqu'à ce qu'elle monte dans un taxi. Comment le gars qui la suivait est aussi monté dans le taxi et comment elle en est descendu aussitôt pour sauter dans un autre et disparaitre...

Il y a aussi ces enseignements de Védanta en anglais donnés par une enseignante qualifiée qui se font en petit comité et sur lesquels je donne parfois des explications complémentaires à mes condisciples. C'est un très bon exercice pour moi. Il y a ce cours de Védanta, en français cette fois fois, qui a commencé hier et auquel j'ai participé ce soir dans le cadre des sessions de questions / réponses. J'ai été vraiment etonné et surpris de voir à quel point personne ne connait rien au sujet. Et puis j'ai réalisé que j'ai été pareil, et même que je n'avais jamais soupsonné l'existence d'une telle connaissance avant de rencontrer Swamiji en 2003. Je comprends mieux maintenant la remarque que j'ai eu de Tuuli, la Finnoise qui suit la formation de professeur, me disant que je connais beaucoup de choses. C'est sûr que par rapport à quelqu'un qui ne connait rien du tout, je suis un puit de science. Mais pour celui ou celle qui connait déjà le sujet, je connais aussi le sujet, mais je ne connais pas toutes les écritures, loin de là. Elle m'a proposé de venir animer un séminaire de yoga et de Vedanta en Finlande. C'est un projet excitant pour moi car c'est peut être une bonne occasion de visiter la Finlande (et de voir une aurore boréale!), mais aussi et surtout d'enseigner. J'espère que ce projet pourra se concrétiser.

Une autre chose encore est la possibilité d'organiser des stages sur Goa via une jeune Indienne professeur de yoga là-bas et qui peut se charger de l'organisation sur place. J'ai quand même quelques doutes sur la faisabilité de la chose par son intermédiaire, mais on verra bien, c'est aussi une piste possible.

D'un point de vue pratique, j'ai trouvé une solution pour pouvoir laisser un maximum de choses à l'ashram, ce qui me permettra de voyager léger cette semaine et au mois de décembre. C'est un swami de l'ashram qui m'a gentiment proposé de me garder mes affaires. Le Swami en chef de l'intendance a fermement refusé ce matin au motif que les réserves sont pleines de choses laissées par des gens qui ne sont jamais revenus les chercher. Donc ce avec quoi je suis venu, je repars m'a expliqué le swami.

Je continue à prendre mes bains quotidiens dans le Gange. Depuis deux jours, l'eau est vraiment froide. Mais ça fait du bien car dehors il fait très chaud et très humide, si bien que l'on transpire beaucoup, même sans bouger. Et comme il n'y a pas de vent, c'est parfois un peu pénible à supporter, alors un bain d'eau froide est le bienvenu. Je ne suis cependant pas certain de me baigner au mois de décembre. Ni même en janvier et février.

Ce sont mes derniers jours en Inde. Je suis partagé. D'un côté, j'ai envie de rentrer, de voir ma famille et mes amis. D'un autre côté, je me sens bien ici. Même s'il fait chaud, que certaines choses sont parfois pénibles à vivre, j'aime quand même être ici. Mais enfin, c'est ainsi. Que faire?