Mercredi midi, avec Swamiji et un autre swami de l'ashram, nous étions invités à déjeuner chez Nataraj et sa famille, un monsieur très sympathique et très dévot que j'avais rencontré lors du spectacle de danse / cérémonie. Il tenait absolument à ce que je vienne. On a été reçus comme des rois. En arrivant, visite de la maison (spacieuse et sur trois niveaux). On est restés un moment dans une pièce située sur le toit du batiment à écouter Swamiji faire un peu de philosophie. Ensuite, on est allés manger. Je pensais qu'on mangerait tous en même temps, mais en fait non. Nos hôtes nous ont fait asseoir sur des pièces de tissus à même le sol, devant une feuille de bananier bien propre et ils nous ont servi à manger. Je ne sais pas combien de plats nous avons mangés, mais tous étaient à la fois typiques de l'Inde du Sud et excellents. J'ai eu le malheur de dire que c'était super bon : j'ai été reservi plusieurs fois, mais bon, j'ai mangé avec plaisir et surtout par gourmandise. Nos hôtes n'ont mangé qu'après notre départ. Mais avant de partir, ils nous ont quand même remis à tous les trois une petite enveloppe contenant de l'argent. Je n'ai pas eu grand chose, mais le geste y était. Je n'avais jamais vu ça. En rentrant, j'en ai fait donation à l'ashram. Et pour finir, ils nous ont payé le taxi pour revenir à l'ashram. Je n'avais jamais été reçu comme ça, mais c'est l'usage en Inde, parait-il.


Pendant tout le temps de notre visite, Nataraj n'a pas cessé de nous photographier : Swamiji en train de parler, mangeant ou se reposant sur le canapé. Moi en train de regarder par le balcon, en train de manger ou descendant les escaliers. En tous cas, c'était vraiment super sympa et très agréable.

Après cet excellent repas, c'est avec le ventre encore bien plein que je suis allé donner mon cours de yoga au élèves de l'école. Comme la petite conférence que j'ai donné, ça s'est super bien passé malgré le problème de langue : donner un cours en anglais n'est pas super facile, surtout à cause de mon "french accent" et de leur difficulté à comprendre l'anglais tout simplement, mais aussi faire cours à 60 débutants, c'est un sacré challenge, mais je m'en suis bien sorti. J'ai quand même eu la chance d'avoir deux profs de l'école qui étaient là et qui pouvaient relayer mes instruction au fond de la salle, qui comme il se doit, n'était pas fréquentée par les meilleurs. Les élèves ont été très enthousiastes et beaucoup sont venus me remercier à la fin du cours. Ca leur a tellement plu qu'il est question qu'on remette ça mercredi prochain, mais sur le toit de l'école cette fois-ci, essentiellement pour des raisons de place.

Jeudi, nous sommes partis après notre cours quotidien, vers 10h30 pour nous rendre chez un Swami de sa connaissance qui mène une vie de reclus quelque part dans la campagne à deux heures de route de Madras. Nous avons déjeuner chez lui. Il voulait le voir pour je ne sais quoi. J'ai eu la chance de pouvoir m'entretenir avec lui une vingtaine de minutes et ça a été un dialogue fort intéressant et fort instructif. La discussion a essentiellement tournée autour des siddhis et de la bakthi. Nous avons pris congé peu de temps après le repas pour nous rendre dans une réserve aviaire. Nous y avons passé une bonne heure à regarder des pélicans, des sortes de cigognes et autres oiseaux migrateurs qui venaient nidifier pour l'hiver. Swamiji avait prévu des jumelles : on se serait cru sur Discovery Channel, c'était vraiment très bien. Sur la route du retour, nous nous sommes arrêtés chez un sculpteur de sa connaissance et j'y ai fait quelques folies. J'ai acheté deux statues de Ganesh faisant entre 45 et 60 cm de haut. L'une est en bois (superbe), l'autre est en pierre, superbe aussi mais qui fait bien ses 8 à 10kg. D'un autre côté, avec le bras que j'y ai laissé, ça n'est pas si lourd. Mais ça me pose aussi un problème de place.

Vendredi, je suis donc allé en ville m'acheter une valise qui puisse digérer mes achats (in)conséquents et faire encore quelques courses. J'ai pu profiter d'un déplacement de Swamiji. En chemin, nous sommes passés rendre visite à deux - trois personnes. L'une d'elle était un "swami" de Sivananda d'environ 80 ans. La discussion qu'il a eu avec Swamiji a été très intéressante à suivre car j'ai déjà eu ce genre de conversation qui commence "Pourquoi est-ce que ce monde existe? Pourquoi Dieu, s'il existe, l'a t-il créé? etc" J'ai aussi rencontré un de ses sponsort frappé d'alzeihmer. En Inde, ils appele cela de la démence. Trois fois, il est venu me voir, m'a pris dans ses bras ou m'a chaleureusement serré la main en me disant qu'il était content de me voir. Ce n'était pas la première fois que je le voyais, mais on a jamais été potes, loin de là.

Samedi soir, notre ami Mr P. est venu à l'ashram pour diner. Encore un excellent et copieux repas dans une ambiance fort amicale, c'était très agréable. J'ai aussi eu mon dernier cours avec Swamiji, sous forme de questions / réponses.

Swamiji a quitté l'ashram ce matin pour Delhi. J'ai passé une partie de la matinée à discuter avec Viswaji de tout et de rien. C'était fort intéressant et très instructif. J'ai ensuite passé le reste de ma journée à traduire et retranscrire les échanges que j'ai eu avec Swamiji au cours de la semaine. Il m'en reste encore un peu à finir.

En ce moment, nous essuyons un cyclone nommé Mady, mais à part un peu de vent et de pluie, il ne se passe pas grand chose. Il y en a un qui est passé la semaine dernière. On a rien eu, mais on est allés voir la mer et la façon dont c'était agité ne donnait absolument pas l'envie de se baigner. Je dirais même que c'était effrayant et qu'il valait mieux se trouver sur terre.

Le départ est déjà dans 4 jours, en fait trois car je quitterai l'ashram mercredi dans la nuit. Je trouvais que 6 mois passaient vite, trois semaines ça a été un clin d'oeil, mais très bénéfique, comme toujours.

Pour finir, quelques photos :

J'avais dit que j'expliquerai comment j'ai compté jusqu'à 100008 mes mantras. Pour ça, j'ai deux malas, un papier et un stylo. Le mala de droite a 108 grains, celui de gauche 27. Je dis un mantra par grain et à chaque fois que j'ai complété le mala de 108 grains, j'avance d'un grain sur le petit mala. A la fin de ma session de répétition, je note sur le papier le nombre de grains que j'ai fait sur le petit mala. Et à la fin de la journée, j'additionne le tout, je multiplie par 108, ce qui me donne le nombre de répétition que j'ai fait dans la journée.

100008mantras

J'avais dit que j'expliquerai comment j'ai compté jusqu'à 100008 mes mantras. Pour ça, j'ai deux malas, un papier et un stylo. Le mala de droite a 108 grains, celui de gauche 27. A chaque fois que j'ai complété le mala de 108 grains, j'avance d'un grain sur le petit mala. 0 la fin de ma session de répétition, je note sur le papier le nombre de grains que j'ai fait sur le petit mala. A la fin de la journée, j'additionne le tout et je multiplie par 108, ce qui me donne le nombre de répétition que j'ai fait dans la journée. Simple et efficace.

 

 Pendant le spectacle de dance - cérémonie religieuse où j'ai été appelé à porter avec Nataraj, la petite statuette de Shiva décorée de fleurs...

DSC07866

 Avec Nataraj, celui qui nous a invité à déjeuner et qui nous a reçu comme des rois.

DSC07895

 

Avec Senthil, le danseur, son assistant et Sw. Ishwarananda

DSC07906

Vue panoramique de la réserve aviaire où nous sommes allés avec Swamiji

pano

Pendant ma petite conférence sur le yoga et le Vedanta :

Talk Yoga- vedanta1

 

Talk Yoga- vedanta4

 

Le cours de yoga :

Yoga_class4

Yoga_class5

Yoga_class8